C’est dans l’Air du Temps…

Bon, bon, bon. Je n’ai plus posté d’articles depuis quelques jours, mais j’ai une excellente excuse. J’ai essayé tant bien que mal de me remettre d’un weekend haut en couleur ! Ce n’est pas tous les jours qu’on a des amis qu’on adore qui se disent ouiii sous un magnifique soleil et dans un cadre idyllique. Je n’ai pas encore de photos à poster, mais ça viendra.

À part cela, je ne me sens pas très inspirée ces derniers temps. Il y a des périodes où tout vous pèse et où vous avez du mal à vous réjouir des belles petites choses de la vie. Du coup, je vais consacrer cet article à un restaurant enchanteur qui me donne le sourire à chaque fois que j’y pense : l’Air du Temps.

Est-ce que ce nom vous dit quelque chose ? Et si j’ajoute : Sang-Hoon Degeimbre, 2 étoiles au guide Michelin, 18/20 au Gault et Millau, 5ème meilleur restaurant de Belgique, une cuisine délicieusement créative, une technique incroyable, un divin mélange des saveurs du terroir et le tout en poésie ?

Oui, comme vous l’aurez compris, j’ai craqué. Depuis de nombreuses années déjà. J’ai la chance inouïe d’avoir des parents gourmands et curieux de découvrir de nouveaux endroits. J’étais encore toute petite lorsque nous avons pour la première fois goûté aux délices de l’Air du Temps. Depuis lors, la cuisine et la technique de San ont continué à évoluer à une vitesse fulgurante – le restaurant également – et je suis ravie d’avoir pu être témoin des différentes étapes du parcours.

La dernière fois que j’ai eu l’occasion d’aller à l’Air du Temps, c’était pour mon anniversaire en janvier 2011 (On n’a pas tous les jours 25 ans…). Comme à l’accoutumée, chaque met m’a surprise, m’a émue, a réveillé en moi un tas d’émotions, car c’est un bonheur tant visuel que gustatif (C’est le genre d’assiette que vous avez envie de photographier même si vous savez que vous aurez l’air idiot). San est spécialisé dans le food pairing : créer de nouvelles combinaisons d’aliments et de boissons tout en se basant sur des analyses aromatiques scientifiques (plus d’info sur le food pairing : www.foodpairing.com). La cuisine est un véritable terrain de jeu pour lui et il nous le rend bien.

L’Air du Temps, anciennement situé à Noville-sur-Mehaigne (près d’Eghezée), a maintenant déménagé à Liernu et propose un tout nouveau cadre entouré de verdure, mettant l’accent sur les valeurs du terroir. J’ai hâte d’aller fêter un nouvel anniversaire là-bas (en espérant ne pas attendre mes 30 ans…) car l’Air du temps est définitivement une promesse de plaisir et de découvertes.

Si vous avez 4 minutes 15, vous aurez un bel aperçu grâce à cette magnifique vidéo :

http://www.youtube.com/watch?v=ZGrxhbCDDYw

Ou n’hésitez pas à visiter le site Internet :

http://www.airdutemps.be

Advertisements

Burger Mania

Ahlala, je n’ai même pas encore écrit d’article sur la nourriture alors que s’il y a bien quelque chose que j’adore, c’est… manger. De bonnes choses. Au restaurant (ou parfois chez des amis). Oui je sais, c’est un comble, j’adore les bons petits plats, mais je ne suis moi-même quasiment jamais en cuisine. Je ne prends pas de plaisir à manger un plat après avoir passé deux heures au fourneau. Je préfère m’installer à table, mettre ma serviette sur les genoux, choisir un bon menu, un bon petit vin et c’est parti mon kiki, je laisse la magie du Chef opérer.

Bruxelles n’est pas très grande, mais notre belle capitale regorge d’endroits sympatoches dont la cuisine peut ravir nos papilles gustatives. J’ai donc décidé de partager chaque semaine avec vous les endroits fétiches où l’on se rend la plupart du temps avec mes amis afin de passer une bonne soirée bien réussie. Sans oublier les nombreux repas partagés avec mes parents dans de fantastiques endroits très cosy, notamment dans nos contrées wallonnes.

Et si l’on parlait de burgers aujourd’hui ?

Si tout comme moi, vous raffolez des burgers, je vous conseille d’essayer le Ellis Gourmet Burger situé sur la mythique place Sainte-Catherine, en plein centre ville. Nous n’avons jamais été déçus, ni par les burgers themselves, ni par les frites, ni par la qualité du service. Ellis Island à New York – où ont débarqué de nombreux immigrants européens au 19ème siècle – est à l’origine du nom de ce chouette resto à la déco moderne et originale. Mon grand favori est le Ellis Special Bacon Burger avec du bœuf haché, du cheddar, des languettes de lard fumé, quelques feuilles de salade, une tranche ou deux de tomate, des lanières d’oignon rouge et des cornichons pour couronner le tout. J’en bave rien que d’y penser. Le principe est le suivant : ce burger – par exemple – est à 9 euros et vous pouvez ajouter des side dishes : une portion de frites très généreuse (3.5 euros), une salade de chou (3 euros) ou encore, 1/2 épi de maïs (2.5 euros). Les desserts ont également l’air très appétissants et à prix très raisonnables, mais je me contente généralement d’un burger et d’une portion de frites !

Vous m’en direz des nouvelles !

Adresse: Place Sainte-Catherine, 4 – 1000 Bruxelles
http://www.ellisgourmetburger.com/

Another stinky Monday

This day was horribly long, I was/am mad tired so I had/have definitely no patience. Fortunately, everyone appeared to be in the same mood as I was so we could understand each other. Another stinky Monday, I guess.

On such days, you feel like everything goes wrong. You have the impression that the whole world is ganging up on you. You’re about to quit everything and book a flight to a nice beach, lost somewhere in the middle of an ocean  – just you and a palm tree – when you remember that you have to work, to make money and smile. SMILE. When you study communications, you know that it’s going to be part of your job but sometimes, your lips are just too lazy and you only look like a grumpy smiley that hasn’t slept enough.

The day comes to an end so you feel a bit better. You plan to go to the supermarket to quickly buy something to eat (not even a nice meal, just something to feed you because you don’t really know what to eat) and on your way, some stupid guy decides to make a U-turn in the middle of the road. Ok, you’ve got to be patient, it’s not the end of the world. But then, this retard greets you like a simili Asian with his hands joined and with the most stupid smile you’ve ever seen. Cool. All you can do is keep calm, emphasize your totally-unhappy-grumpy-moody-smiley-face while you congrat him for his amazing performance (clap clap clap).

Then, you’re finally happy to get back home after the trip to the supermarket and then you realize that a button of your shirt is open… Thanks God, nothing indecent but this little, tiny button is too much.

So, I have nothing else better to do than open a bottle of wine and wait for my – temporary – flatmate Julien while watching a fun movie and eating my pasta’s. I’m safe now at least.

Cheers & bon appétit.

La banane !

Il est 01:00 du matin et je suis censée dormir comme une vieille marmotte en hibernation histoire de recommencer la semaine volle gas, le turbo au derrière… Mais c’est juste pas possiiip’. Je réfléchis trop à la vie et à la montagne de soucis que je me crée sans arrêt (peut-être que j’aime ça, au final) sans oublier les quelques pensées tristes à l’idée d’une société qui se déglingue un peu plus chaque jour. Rien qu’à la lecture de toutes ces news terrifiantes qui vous tombent dessus du matin au soir et pour peu que vous soyez légèrement déprimé, vous vous dites que vous êtes f-o-u-t-u et vous avez juste envie de booker un billet aller-simple pour Mars. Dans ce monde de surconsommation et de surinformation où l’on engloutit tout ce qui passe pour mieux le remballer chez les autres, il n’y a plus de temps pour l’essentiel, mais juste une place trop importante pour le stress. Ce fléau qui vous accapare et vous bouffe l’estomac à coups d’acide. Ce démon qui vous bloque vos muscles et vous oblige à débourser 45 euros tous les mois chez un praticien. Ce truc qui fait bouger votre jambe/votre pied – et la table à laquelle vous êtes assis par la même occasion – sans même que vous ne vous en rendiez compte (et alors que vous êtes en train de vous ronger les ongles), jusqu’à ce que votre ami(e) vous regarde gravement en disant “arrête, ça me stresse“.

Enfin Dieu merci, il y a encore moyen de voir la vie du bon côté. Il faut se focaliser sur ce qui nous donne la banane (ou la pêche, c’est selon) et pour ma part, j’ai trouvé ce qui pouvait influencer mon humeur : la musique. Un bon petit morceau le matin pour se donner du courage (parce que OUI, il faut très souvent du courage pour aller au boulot). Puis ensuite un bon CD dans la voiture histoire d’accueillir avec zénitude les réactions de certains crétins de conducteurs qui ont trouvé leur permis dans un Kinder Surprise. Et si vous avez de la chance, continuez à écouter de la musique au boulot. Ca n’arrive pas souvent, mais quand l’occasion se présente, c’est juste le pied.

Depuis que je suis allée au Ronquières Festival (oui, Ronquières est une charmante (…euh?) bourgade paumée en Wallonie où ils ont organisé la première édition d’un festival de musique assez sympa, il y a plusieurs semaines), j’ai (re)découvert Caravan Palace, un bon petit groupe français, qui nous a juste offert un show de malade durant environ une heure. Tout le monde avait le smile jusqu’aux oreilles et le popotin qui bougeait sur les rythmes endiablés d’électro-swing et la voix sexy de Zoé, la chanteuse. BREF, que du bonheur. D’ailleurs, quand ils ont voulu nous refourguer le vieux JoeyStarr par la suite, mon amie Charlotte et moi sommes parties sans aucun scrupule avec comme dernière vague impression dans les oreilles, de charmants bruits de postillon dans le micro (à moins que ce ne soit lui qui était en train de rapper?).

Demain matin, j’écouterai donc un petit Caravan Palace histoire de me booster et je vous conseille d’en faire de même !

— Si vous ne savez pas quel morceau écouter, je vous propose de commencer par Rock it for me qui est juste tout bouni !

SUR CE, buena noche a todos.

Pour y voir plus clair…

Un véritable petit bijou dégoté à l’Inno. Vous savez, ce grand magasin à la lumière hyper blanchâtre et dont l’odeur du coin parfumerie vous prend au nez à vous en rendre malade quand vous entrez par là… En effet, je n’aime pas l’Inno. Mais là, je suis contente d’y avoir fait un petit tour et d’avoir trouvé ce pendentif “lunettes” au rayon IKKS. Fin, couleur bronze, il était également disponible en métallique, mais c’était carrément moche. On peut l’assortir à n’importe quel haut, pourvu qu’il soit sobre afin de mettre le collier en valeur. I love it !

Daddy’s Style

Le look du jour : celui de mon Daddy.

Quand le soleil brille, rien de plus joli qu’un pantalon anis assorti à des mocassins vert canard. Je remercie maman qui est sa styliste attitrée et qui me déniche très souvent des petites merveilles cachées à côté desquelles je serais passée sans les voir… Une fantastique conseillère avec qui j’adore shopper !

Une bonne fin de week-end à tous ! C’est la rentrée demain, préparez bien le cartable de vos petits. Spéciale dédicace à mon amie Sophie qui reprend le chemin de l’école… pour transmettre toutes ses connaissances linguistiques aux élèves 🙂