Prends ta plume et envole-toi !

J’ai eu une révélation en lisant tout à l’heure un article retweeté par un expert en communication, Steve Farnsworth. « Are You Too Busy Being A Writer To Write? ». La question était soulevée par Lynda R. Young, une écrivaine qui ne semble apparemment pas avoir explosé les quotas de ventes dans sa vie et dont l’article itself n’avait rien de transcendant, mais qui a au moins eu le mérite de rappeler à l’ordre les plus indisciplinés d’entre nous. Et je m’inclus dedans. Je SUIS dissipée. Curieuse, rêveuse, touche-à-tout, vous appellerez ça comme vous voulez, je l’avoue, cet aspect ajouté à mon manque de patience et mes antennes de petite fourmi qui captent tout et n’importe quoi ne me permet actuellement pas d’avancer dans l’écriture de mon roman. Oui, vous avez bien lu. Un ROMAN. « Whaaat ? Tu sais écrire, toi ? » Sans blague. 15 ans plus tard, je suis toujours aussi fière de la nouvelle de 68 pages que j’ai vaillamment pondue en guise de projet à l’école primaire. Pas de maquette, pas de claquettes, mais un livre. Une histoire de détectives à la recherche d’un gri-gri volé dans la brousse africaine. Un bon roman de gosse de 11 ans, en somme. Mais… pourquoi ne suis-je donc plus capable de prendre ma plume (ou mon clavier) et écrire ce que mon imagination me dicte au lieu de ressasser une vieille gloire datant des années 90 ? Parce que. Dans l’ère du digital qui nous submerge, à cause des smartphones et autres tablettes, et avec l’information à portée de main, on veut tout, tout de suite. Le syndrome de l’enfant gâté qui n’attend plus pour recevoir – ni même demander – un bonbon. Du coup, on se perd, on s’emmêle les pinceaux. Enfin personnellement, j’ai l’impression de me noyer dans la futilité. Mon attention se démultiplie et est attirée par des dizaines de petites choses, à gauche et à droite. Il m’est devenu difficile de me focaliser sur une tâche bien définie lorsque j’occupe mon temps libre. Tout m’intéresse et tout vient à moi. C’est bien, une vie remplie, si ce n’est que je ne prends même plus le temps de lire, de me (re)poser voire même, de réfléchir. Je mange, je bosse, je digitalise, je socialise et je regarde la télé en mangeant des cuberdons. C’est le revers de la médaille. A force d’évoluer dans un univers de consommation rapide, on oublie les fondements de la vie simple et on s’écarte de l’essentiel. BACK TO THE ROOTS, les gars. Retour aux sources. A ce qui nous tient à cœur. A l’écriture. Celle qui vient du plus profond de son être et de son cerveau. C’est bien joli de vouloir s’improviser écrivain, mais si on ne consacre pas toute son énergie à une tâche aussi titanesque, l’espoir d’un jour être publié reste assez mince. Il faut lire, se documenter, s’informer, rencontrer et surtout, ne pas avoir le trac de la feuille blanche. Se lâcher. Si ce n’est pas bon, on recommence. On prend le temps. Lui, c’est notre allié le plus précieux que l’on ne doit jamais sous-estimer. Alors, à vos plumes !

Advertisements

4 thoughts on “Prends ta plume et envole-toi !

  1. J’écrivais beaucoup au secondaire, je faisais même partie du club d’écriture de l’école. Et puis je suis entrée à l’unif et c’est comme si toute mon inspiration avait été volée. Tout ce qui me vient à l’esprit me semble futile. Me reste le blogging, ça c’est encore dans mes cordes :p

  2. Bon, deux mots, d’une bientôt soixante piges qui vous répond …. J’aime écrire, j’aime les mots, j’aime le choc des mots, la percussion qu’ils impriment dans l’esprit du lecteur mais …. quand je lis ( et je suis en train de m’astreindre à terminer le prix Goncourt) de J. Ferrari qui m’assomme avec ses phrases riches, certes, mais au rythme beaucoup trop long, son texte m’essouffle et au bout de 20 pages me saoule …. alors, je me désole … trop vieille, plus dans le coup etc, et etc …
    Mais un soir de grande lucidité comme celui-ci …..(et quelques verres de vin italien délicieux d’ailleurs, pour me renvoyer un peu plus de commisération ), et pour vous, jeunes femmes à fortiori, je pense qu’il ne faut pas avoir peur d’oser, oser son propre style, oser même le futile puisque tel est votre temps, mais en y ajoutant sa “touche”, sa patte.
    Vos fondements et vos valeurs ne sont plus les miens, c’est une réalité …. mais déjà, rien que ça, serait une intéressante base de bouquin, que vous nous expliquiez à nous les seniors (!!!), votre langage, vos codes, vos illusions, vos empressements à tout vivre avant l’heure …. etc …. Ca pourrait être un une sorte de ” bâton de relais ” entre générations pour nous aider à vous comprendre, mais …. avec humour et audace “of course” ! Pas une bonne idée ça ?
    Ca existe déjà … mais au rythme ou la société change, vous avez encore de l’espace !

    Pour le blogging …. pas certaine que ça demande autant de rigueur et d’intensité intellectuelle … un peu le fast food de l’écriture …. donc, à petite dose OK …. mais “ça” ne remplit pas une soif de bonne littérature ou d’un “bon” livre …

    Bon, voilà, je peins pour le moment …. je m’exprime donc, …. mais …. allonger quatre mots qui me plaisent me redonne envie …. d’ECRIRE !!!

    Encore un truc : …. ce plaisir là …. lire ou écrire …. ne s’arrête jamais ! (= un remède de bonne femme que je vous transmets !!!).

    France

    • Tu as tout à fait raison, le tout c’est d’oser. J’ai parfois peur d’employer un style qui ne plaise pas et du coup, je n’arrive pas à me lâcher ou alors, je pars dans des paraphrases ennuyeuses. Quoiqu’il en soit, j’ai mon histoire en tête, il ne “suffit” plus que de la coucher sur papier…

      Bises!!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s